Rechercher
  • Manna Coach vocal

RESPIRATION POUR LA VOIX et Les mensonges qu'on vous raconte...

Mis à jour : il y a 6 jours

Quand on parle de respiration, particulièrement dans le contexte de la voix (chantée ou parlée), il est essentiel de clarifier qu’on parle de deux choses bien distinctes qui vont se travailler et s’apprivoiser séparément:





1- l’inspiration / remplissage du réservoir d’air

2- l’expiration/ vocalisation grâce à ce réservoir d’air


La qualité, la maitrise, l’aisance de la voix dépend en premier lieux de la qualité, la maitrise, l’aisance de l’inspiration.

Donc, par apprendre à respirer, ce qu’il faut retenir en travail vocal c’est apprendre à inspirer, car Il y a seulement inspiration et voix: J’inspire, je chante. J’inspire, je parle.


C’est pourquoi si l’on cherche à développer la résonance, le contrôle, l’aisance, la santé, l’endurance de sa voix, l’inspiration est l’élément à maitriser absolument d’abord et indépendamment de la phase d’expire: la voix. Sinon c’est comme faire une erreur d’aiguillage : quand la voix part sur les mauvaises railles dés le départ, on n’arrivera pas à la destination souhaitée.


Et en voulant apprendre les deux en même temps, ( respirer et la technique vocale) le cerveau mettra plus de temps à les assimiler. Au lieu de gagner du temps, vous allez en perdre et peut être même ne maitriserez-vous jamais vraiment le processus.


Par conséquent je vais parler ici de l’inspiration.

Je ne parlerai pas de l'expire car dans le cadre d’un travail sur la voix, elle devrait être pratiquée avec un prof de chant puisque c'est la phase de technique vocale.



Remplissage du réservoir d’air

C’est la phase où le diaphragme, en se contractant, descend vers le bas, et déclenche l’aspiration de l’air par le nez, dans les poumons.


Vous le saviez déjà bien-sûr. Pourtant, vous seriez surpris du nombre incalculable de profs de chant ou de respiration (tant pour la voix que pour le bien-être ) qui enseignent l’inspiration de façon erronée et les conséquences catastrophiques multiples que cela entraine non seulement pour la voix mais pour le corps.

1- Ce n’est pas parce qu’on inspire que le diaphragme descend.

2- Ce n’est pas parce qu’on inspire par le nez que le diaphragme descend non plus.

3- Ce n’est pas non plus parce qu’on inspire avec le ventre que le diaphragme descend.


Or là est la clé: On a besoin que le diaphragme descende pour pouvoir maitriser et contrôler le débit et le degrés de compression de l’air pour chanter ou parler facilement, longtemps, aigu, grave, fort, doucement, sans se fatiguer etc…



Inspirer par la bouche


Lorsque l’on chante ou parle , on n’a pas toujours le temps d’inspirer par le nez, et l’on va forcement devoir inspirer par la bouche, pour reprendre son souffle plus rapidement.

Néanmoins, le chanteur ou speaker doit absolument apprendre la façon correcte d’inspirer en la pratiquant par le nez d’abord. Pourquoi?


Fondamentalement, l’inspiration par la bouche ne permet pas au diaphragme de descendre. Elle déclenche automatiquement une inspiration par le thorax, une inspiration dite haute, courte, paradoxale.


Faites l’expérience:

Debout, ou assis sur une chaise, en vous tenant droit mais relax, prenez une pleine inspiration spontanée par la bouche. Observez ce qu’il se passe. Faites le plusieurs fois si nécessaire pour bien observer et ressentir physiquement ce qu’il se produit.

Est-ce que votre thorax se soulève? Est-ce que vous sentez une tension dans vos épaules (zone des trapèzes)?


Effectivement, c’est une inspiration haute. On l’appelle aussi respiration inversée:

  • le diaphragme ne descend pas

  • vous ne pourrez pas utiliser la phase de l’expire correctement pour chanter ou parler

  • vous serez obligé de compenser en contractant les muscles du cou, de la gorge , des épaules et du thorax pour vocaliser.

En plus de la fatigue vocale, des tensions et douleurs dans la zone cervicales et trapèzes qu’elle engendre, cette façon d’inspirer va, à force, endommager les cordes vocales-

La bonne nouvelle toutefois est que l’on peut apprendre à faire descendre le diaphragme et donc garder les muscles de la zone haute de l’instrument au repos, même en inspirant par la bouche. Mais inspirer par la bouche est tellement néfaste pour la santé que nous n’allons pas l’utiliser pour apprendre et entrainer le diaphragme à descendre.


Cet apprentissage va donc devoir se faire en s’entrainant d’abord à inspirer correctement par le nez.




Inspirer par le nez

1- Ce qu’il ne faut pas faire!

  • L’inspiration ventrale

Généralement les profs de chant ou de respiration apprennent à inspirez par le nez en gonflant le ventre. Si vous avez participé à des cours de chant ou de respiration, vous l’avez surement entendu répété des centaines de fois: « il faut inspirer par le ventre ». Et on vous dit que c’est la respiration diaphragmatique!

On vous fait même allonger sur le dos pour mieux ressentir le ventre qui se gonfle tandis que le thorax reste inerte. Je le pratique aussi mais UNIQUEMENT en tout début de cours lorsqu’il est trop difficile, voire impossible pour la personne de ressentir son abdomen.

CECI N'EST PAS LA RESPIRATION DIAPHRAGMATIQUE, et si l’explication s’arrête là (ce qui est généralement le cas), la personne va comprendre et enregistrer qu’il faut pousser le ventre en avant, le gonfler pour inspirer juste.

Mais c’est une inspiration forcée. Pour pouvoir gonfler le ventre, la personne va bloquer ou contracter les muscles latéraux et dorsaux de la zone, ce qui ne permet pas au diaphragme de descendre complètement. Le ventre gonfle mais les cotes flottantes restent fixes.

Cela peut entrainer ou aggraver des lombalgies, causer une raideur de la zone lombaire, et de l'hyper-ventilation. Cette façon d’inspirer (ventrale), ne permettra pas de maitriser la voix car elle bloque le diaphragme en haut.


2- Ce qu’il faut faire

  • L’inspiration abdominale

Cette inspiration se fait sans aucun forçage! Au contraire, elle n’est même possible que si les muscles de la ceinture abdominale se relâchent ou se relaxent. Le diaphragme va ainsi pouvoir descendre sans rencontrer de résistance de ces muscles abdominaux ou lombaires.


Pour inspirer, vous devez donc complètement relâcher tous les muscles de cette zone, devant, sur les cotés, derrière ( zone lombaire) .

Autrement dit, vous devez sentir que ce n’est pas seulement le ventre qui gonfle mais les flans et le dos, permettant aux cotes flottantes de bouger.


C’est pourquoi je ne recommande pas de la pratiquer allongé sur le dos car cette position empêche les muscles lombaires et latéraux de se relâcher et les côtes flottantes de s’ouvrir. Il vaut mieux la pratiquer debout ou assis car le diaphragme pourra utiliser la gravité pour descendre facilement.





Le diaphragme est un grand muscle plat, circulaire, situé dans la zone du plexus solaire. Rattaché à la cage thoracique, il sépare les poumons des organes vitaux situés dans l'abdomen.

Au repos il a une forme bombée. En se contractant à l’inspire, il va donc s’aplatir et descendre en poussant les viscères vers le bas, et non pas vers l’avant.

Ainsi les côtes flottantes vont pouvoir s’écarter librement et les poumons se remplir.

NB: Le diaphragme en descendant donne la sensation que c’est l’abdomen qui se rempli d'air mais bien évidement ce sont les poumons. On parle d’inspiration abdominale toutefois, parce que cette image et sensation aident le cerveau à réaliser une inspiration juste. Si on se concentre sur les poumons visuellement, on aura tendance à inspirer en haut.


Après avoir suffisamment pratiqué cette inspiration par le nez, et intégré la sensation de lâcher vos muscles de la ceinture abdominale en inspirant lentement, jusqu’au point où vous ne devez plus réfléchir pour le faire, vous pourrez commencer à la pratiquer en inspirant rapidement, c’est à dire en relâchant vos muscles abdominaux d’un coup.

Mais attention inspirer rapidement ne signifie pas inspirer court . Il s’agit de prendre la même quantité d’air mais plus rapidement.



Lorsque vous arriverez à inspirer rapidement par le nez sans aucune résistance musculaire, vous pourrez faire la même chose en inspirant par la bouche.

NB: En chantant ou en parlant, vous n’aurez pas besoin de remplir jusqu’au bout, mais vos muscles auront appris à lâchez prise totalement et rapidement.

Encore une fois, je ne recommande pas d’inspirer par la bouche, j’explique seulement comment il est possible de le faire dans le cadre spécifique du chant ou de la voix parlée lorsque l’on doit reprendre son souffle rapidement.

Et je ne recommande pas non plus de le pratiquer lentement, mais uniquement dans le contexte d’une inspiration rapide nécessaire au chant ou à la parole. Si vous avez le temps d’inspirer lentement en chantant ou en parlant, faites-le par le nez.


Une fois que cette inspiration juste est devenue un réflexe naturel, vous êtes prêt pour la phase 2: la technique vocale.

Manna

Coach vocal et de respiration


26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout